Archive for septembre, 2012

Les Sagesses de Baye Niass. 41 : la baraka du Coran.

Dimanche, septembre 30th, 2012

saida-mariam-ibrahima-niass-maitresse-de-coran.jpg

« Un livre béni que nous avons fait descendre.. »

Un livre plein de baraka (bénédiction) et de biens pour celui qui y croit. C’est une malédiction pour celui qui le désavoue.

Et parmi les barakas du coran il ya le fait que ce monde demeure, le fait qu’il y’ait de la végétation et des pluies qui tombent du ciel. Tout cela est garanti tant que le coran est présent sur terre.

 Le jour où le coran ne sera plus présent ici bas, un vent léger soufflera et tous les croyants décéderont et il ne restera sur terre que les mécréants.

L’existence du bien sur terre est conditionnée par l’existence du coran sur cette même terre.

 Un livre plein de baraka, c’est bien le coran :

-Il est plein de baraka car il appelle les humains à leur seigneur.

-Il guide les particuliers vers leur seigneur.

-Et il fait parvenir les élus à leur seigneur.

Et la baraka de ce coran est manifeste. Tout celui qui le lit, obtient des bénéfices immenses. Et celui qui écoute la lecture du coran aura la même récompense. Et celui qui tient le coran par la main obtient par ce geste une récompense. (…).

Le prophète paix et salut sur lui, disait que celui qui lit le coran  aura pour chaque lettre une récompense de dix bienfaits par lettre prononcée. (…).

Quand la renommée du coran s’est amplifiée avec sa baraka, Mousaylama le mensonger a voulu créer un coran pour contrecarrer le vrai coran. (…)

Le prophète guérissait les malades avec le coran. Mousaylama a voulu faire la même chose mais en lisant ses faux versets sur un malade ce dernier mourrait sur place. Celui qui avait des maladies des yeux devenait aveugle quand il tentait de le soigner avec son faux coran.

Le prophète paix et salut sur lui, quand il souffle sur une eau salée, elle devenait douce et abondante. Et Mousaylama, quand il soufflait sur un puits, il tarissait.  

Mousaylama le mythomane n’avait pas la baraka.

Source : dans les jardins de l’exégèse.

Les Sagesses de Baye Niass. 40 : Choisir un Maitre dans la voie (suite)

Dimanche, septembre 23rd, 2012

162596_1606993209120_4647705_n.jpg

En plus il n’est pas permis au maitre de reprendre un disciple dont il connais la provenance qui est un maître parfait. Il doit l’autoriser à retourner rester avec son maître et faire savoir au disciple que si son maître n’était pas parfait son égo n’allait pas le pousser à vouloir l’abandonner pour un autre. C’est la preuve de sa perfection et la véracité de sa voie.

Et beaucoup d’âmes qui sont destinées à l’égarement dès qu’elles rencontrent des difficultés avec un maître elles s’éloignent de lui en l’accusant de tous les  déshonneurs et les imperfections alors que le maitre est exempt de cela.

Donc qu’il fasse attention car le nafs (égo) ne veut qu’égarer son propriétaire il ne doit pas l’obéir en se détournant de son maître même s’il le voit dans une situation basse, il n’est pas en mesure d’interpréter ses actes sur une base juste et une conception acceptable par la loi.

Tout celui qui ouvre la voie d’interpréter les maîtres en faisant abstraction de leurs situations et en confiant à Dieu leurs affaires et en s’occupant de son propre ego en le combattant selon ses forces, il  y’aura espoir pour lui de parvenir à ses objectifs et d’avoir un succès dans ses intentions dans un bref délai.

Par contre, tout celui qui ouvre la voie de protestation et de dénigrement  des maîtres en regardant leurs situations et faits et en perpétrant des recherches sur eux pour les calomnier, cela est un signe de sa privation  et de sa mauvaise destinée. Il ne gagnera jamais.

Celui qui dit à son maître : pourquoi ? N’aura jamais le salut. C’est-à-dire son  maître dans l’initiation mystique et le cheminement spirituel puisqu’il il a été institué que le disciple en chemin doit être entre les mains du maître comme un mort entre les mains de son laveur.

 Cela est valable  même si le disciple a des connaissances et des faits élevés, il doit s’en détourner et ne pas les considérer. Car la flamme de la réalité du maître fait ressortir le mauvais en lui et le brûle en laissant à la place le bon, faisant apparaître sa plus haute pureté d’esprit et de genre.

Source : kashiful albaas

Les Sagesses de Baye Niass. 39 : Choisir un Maitre dans la voie

Dimanche, septembre 16th, 2012

228306_1648629906809_7854193_n2.jpg

Prendre la voie de plusieurs maîtres soufis se différencie en fonction de :

*Prendre pour avoir la grâce (baraka)

*prendre pour faire l’initiation et le cheminement spirituel.

Pour le premier cas il peut prendre la voie avec qui il veut il n’y a pas d’interdit pour lui. Mais pour le second il doit distinguer dans la voie  des personnes débarrassées de choses défendues et des blâmes. Qu’’Allah nous ressuscite avec eux.

Il ne doit commencer qu’avec quelqu’un dont sa situation l’attire vers Dieu par sa vertu en anéantissant son âme pour la lumière de ce Maître légitime en abandonnant ses propres plaisirs et désirs. A cet instant il choisit de suivre sa conduite et de rentrer sous l’autorité du Maître en suivant ses ordres, évitant ses interdits et en suivant ses marques jusqu’à devenir comme un mort entre les mains de son laveur qui le retourne comme il veut.

Si la situation de ce Maître ne l’attire pas vers Dieu (jazb) qu’il cherche le plus pieux des maîtres et le plus savant dans les lois exotériques et ésotériques pour se soumettre à ses ordres et ses repères.

Ainsi celui qui a rencontré un Maître qui a les descriptions précédemment citées et le second, il lui est interdit de l’abandonner pour aller voir un autre même si dans son esprit l’autre est meilleur.

Il peut se lasser avec un Maître alors que c’est son ego qui le pousse à vouloir choisir un autre. Pour le choix du plus pieux et du plus savant c’est seulement au début de la recherche d’un Maître, mais après avoir trouvé un connaissant en Dieu (arif) il n’est pas permis de sortir sous l’autorité de ce dernier pour aller ailleurs…

A suivre…

Source : kashiful albaas.

Les Sagesses de Baye Niass. 38 : la Prédiction de l’avenir

Samedi, septembre 8th, 2012

39522_456335437880_5313665_n.jpg

Il  n’y a que Dieu qui connait le caché, l’avenir.

 Il ya cinq choses cachées qu’il a révélées dans le verset « à Allah appartient la connaissance de l’Heure… ».

Il a évoqué dans un verset que c’est lui qui a les clés de l’invisible et les clés de l’invisible ont été expliqués par le prophète dans un hadith par le verset coranique de la sourate Luqman : « à Allah appartient la connaissance de l’Heure, et c’est Lui qui fait tomber la pluie et Il sait ce qu’il y a dans les matrices. Et personne ne sait ce qu’il acquerra demain, et personne ne sait dans quelle terre il mourra. Certes Allah est Omniscient et Parfaitement Connaisseur ».

 Et pourtant nous avons vu beaucoup de saints et vertueux qui informent sur ces choses là avant que cela n’arrive et l’avenir donne raison à ce qu’ils avaient prédit. Mais cela ne contredit pas le verset qui dit « il n ya qu’Allah qui connait l’invisible ». Car cela fait partie de la connaissance de Dieu le très haut.

 Les choses invisibles que seul Dieu connait et ne fait connaitre à personne ne sont en fait qu’une seule chose : « l’heure du jugement dernier (la fin du monde) ».

Quant à « et c’est Lui qui fait tomber la pluie et Il sait ce qu’il y a dans les matrices. Et personne ne sait ce qu’il acquerra demain, et personne ne sait dans quelle terre il mourra » tout cela il l’a fait connaitre à certains des serviteurs d’Allah par la connaissance d’Allah.

Cheikh Ahmad Tidjani que Dieu l’agrée  a dit que s’il meurt après l’enterrement et si on le faisait ressortir de la tombe en lui posant des questions sur ces cinq choses énumérées, il les dévoilera.

Dans les jardins du tafsir

Les Sagesses de Baye Niass. 37 : Richesse, pauvreté et foi.

Samedi, septembre 1st, 2012

555153_210459712393945_905983369_n.jpg

Dieu le très haut nous a clarifié sur les dons qu’il fait aux gens.

Il a fait le noble et le soumis, le riche et le pauvre et il a fait une discorde qui fait souvent révolter les uns contre les autres.

Le noble et le riche en louant Dieu le très haut et en se rabaissent pour le pauvre et le soumis cela peut être une vraie louange pour eux. Mais s’ils se flattent devant eux et s’ils lèsent les pauvres dans leur droit, ils seront considérés comme manquants de piété envers la grâce divine.

Quant au pauvre et au soumis, s’ils envient les riches et les nobles, ils n’ont pas loué Dieu. Et s’ils patientent, ils ont loué la grâce de Dieu le très haut.

Les êtres humains sont constitués de riche qui remercie Dieu, ou de pauvre mais patient.

Il ya divergence sur qui parmi les deux est le meilleur.

Certains disent que c’est le riche qui remercie Dieu qui est meilleur que le pauvre patient. D’autre soutiennent le contraire. (…)

Le prophète a dit aux pauvres qui se plaignaient auprès de lui : soyez heureux car Dieu, a une résidence dans le paradis qui est uniquement occupée par les prophètes pauvres, les martyrs pauvres ou les croyants pauvres.

Et les pauvres rentreront au paradis avant les riches de cinq cent ans, équivalent à une demi-journée parmi les journées du jugement dernier.

Et dites : subhanallah wal hamdulilah walaa ilaaha illallah wallahu akbar (Allah est exempt de toute imperfection, louange à Allah, il n ya de divinité qu’Allah, Allah est grand). Si l’un de vous prononce cette devise, et même si quelqu’un donne l’équivalent du mont uhd en or comme aumône il ne pourra avoir la même rétribution  que vous. (…)

« C’est une grâce divine il la donne à qui il veut »

source: dans les jardins de l’exégèse.



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 88 articles | blog Gratuit | Abus?