Archive for septembre, 2013

Les Sagesses de Baye.67 : le mauvais œil.

Dimanche, septembre 22nd, 2013

niassi.jpg

En réalité le serviteur doit se fier à Allah qui est le faiseur, l’élu.

Cependant le prophète paix et salut sur lui  a dit : le mauvais œil est une réalité, et il arrive que le mauvais œil fasse rentrer l’homme dans une tombe et le chameau dans la braisière. 

Tout celui qui regarde quelqu’un ou quelque chose par un œil d’admiration qu’il demande de la baraka pour la chose ou par la personne en disant : « ô seigneur mets y ta baraka ». Et si tu parles de quelqu’un par des expressions d’admiration, dis : « ô seigneur donnes lui de la baraka ». Ainsi dit, ton œil ne lèsera pas la personne ou la chose regardée.

L’œil qui nuit est celui qui regarde par étonnement sans demander de la baraka pour celui que tu regarde ; Ou de parler de quelqu’un d’expression d’admiration sans prier de la baraka pour lui.  

Mais quant à dire que certaines âmes  sont des âmes du mal qui peuvent nuire, cela n’a aucun fondement.

Le mauvais œil peut découler de toute personne. Ça peut découler de toute langue et de tout regard. Par contre ceux qui ont peur et qui croient en cela en pensant que le mal leur vient de cela la plupart du temps le mal  vient de leur peur elle-même. (…)

Dire qu’une personne suce du sang d’une autre personne est sans fondement et n’a pas de sens. Ne croient en cela que des femmes et des enfants à cause de la faiblesse de leur foi. Ils pensent que cela nuit, ils ont peur et ils voient cela.

Il est possible qu’un djinn se dissimule dans une personne et fasse du mal à un individu et ce dernier dira que tel type m’a fait du mal alors que c’est le démon qui est responsable.    

Traduit de l’arabe par Mouhamadou Yall -Dans les jardins de l’exégèse-.

 

 

Les Sagesses de Baye.66 : les différents degrés de l’âme (nafs).

Jeudi, septembre 12th, 2013

mouhamadou-et-sa-mere.jpg

L’âme (nafs) est à la base très incitatrice au mal sauf si Allah la couvre de sa providence(…). Si la miséricorde émane de la présence divine et se déverse sur l’âme (nafs), elle quitte le statut d’âme incitatrice au mal (nafs ‘ammara) vers le statut d’âme autocritiquant (nafs lawwama), c’est une âme qui se blâme elle-même dès qu’elle perpètre un mal.

Et si un autre flux miséricordieux venant d’Allah le très haut se déverse sur l’âme (nafs), elle devient inspirée ( nafs moulhima) «  fa alhamaha fujuuraha wa taqwaahaa »- et par l’âme et celui qui l’a harmonieusement façonnée et lui a alors inspirée son immoralité de même que sa piété- elle ne se préoccupe à se stade que du bien, mais elle n’est pas bien stable encore.

Et si les flux de la miséricorde divine  se prolongent l’âme devient apaisée (mouthma’inna) dans la présence divine et ne se penchera plus vers autre et autrui en dehors d’Allah. Et à ce stade, elle mérite l’appel de la hadra  d’Allah (présence divine) : « ô toi âme ! Apaisée retourne vers ton seigneur, satisfaite et agréée ». Si elle retourne vers la présence divine elle devient satisfaite de toutes les circonstances et décisions divines (destin). Si elle devient satisfaite elle devient aussi  agréée au près  d’Allah le très haut.

Allah est le souverain, le réel. L’être humain est le serviteur et il ne cesse de s’opposer et de contredire son seigneur dans ses actes, tant qu’il n’agrée pas Allah, ce dernier ne l’agréera jamais. Et si l’être humain agrée tout ce que les lois divines lui dictent, son âme devient une âme satisfaite et devient agrée au près d’Allah le très haut et devient parfaite.

Donc il s’agit de sept degrés : l’âme incitatrice au mal, l’âme blâmée, l’âme inspirée, l’âme apaisée, l’âme satisfaite, l’âme agréée, l’âme parfaite.

Le cheminement spirituel des individus qui ne sont pas prophètes commence à partir de l’âme incitatrice au mal et se poursuit jusqu’à la perfection. Et le cheminement spirituel des prophètes commence à partir de l’âme apaisée et continue jusqu’à la perfection(…)

L’âme est incitatrice au mal et elle est le pire ennemi de l’homme. Cependant  l’être humain possède le cœur, la raison et l’esprit. Et par ordre c’est : l’esprit qui est le roi, la raison est l’auxiliaire et le cœur est le mufti. Si ces trois entités dominent l’âme incitatrice au mal, il n’adviendra que du bien.

Et si l’âme incitatrice intervient, possède et domine l’une des trois entités elle vaincra l’autre et puis les dominera dans leur globalité.  

  Traduit de l’arabe par Mouhamadou Yall -Dans les jardins de l’exégèse-.

 

 

 

 



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 88 articles | blog Gratuit | Abus?