Archive for novembre 30th, 2014

2.2: LA CRÉATION DE MEDINA BAYE NIASS (village de IBRAHIMA NIASS dit BAYE )

Dimanche, novembre 30th, 2014

228298_1648629146790_7593932_n.jpg

2.2: LA CRÉATION DE MEDINA BAYE NIASS (village de IBRAHIMA NIASS dit BAYE )

Après plusieurs difficultés avec sa famille parentale qui paraît-il était jalouse de sa renommé grandissante, Cheikh IBRAHIMA alla créer son propre village à quelques kilomètres de KAWLAKH, village auquel il donnera le nom de MEDINA imitant ainsi Le Prophète MOHAMED qui lui aussi avait dans les mêmes circonstances quitté La MECQUE pour se réfugier à YATHRIB qui deviendra par la suite MEDINE.

Cheikh IBRAHIMA Niass dit BAYE fonda lui aussi sa propre MEDINA qui était pour tout le monde un lieu sacré dans lequel les disciples se sentaient plus libres dans leur devoir religieux de mystiques assoiffés de Dieu. Ils y évoquaient très fort le nom de DIEU sans se gêner et sans gêner personne puisqu’ils leur étaient interdit de le faire à Kawlakh chez le Calife et ses disciples.
Au début de la création de cette localité, tous les disciples étaient pris en charge par le CHEIKH lui même qui les nourrissait et les protégeait.
Aujourd’hui Médina Baye est une grande agglomération moderne équipée de toutes les infrastructures nécessaires et au centre duquel se dresse la grande mosquée et ses hauts minarets que le voyageur mystique aime contempler à l’approche de la ville.
Et chaque année pour ne pas dire chaque semaine voire chaque jour des milliers de disciples s’y rendent à l’occasion de l’anniversaire de la Naissance du Prophète(Gammou), des prières de Vendredi ou pour le simple plaisir d’être près de l’IMAM de la FAYDHA TIDJANIENNE et bénéficier de sa baraka……

Il est également recommandé à tous les disciples vivants hors de la ville d’y aller après la TARBIYYA(initiation confrérie) dans le but de mieux connaître la valeur spirituelle de la confrérie et prendre les comportements des saints comme référence.

A propos de Médina de BAYE son fondateur disait les vers suivants:
« …Et s’y déversa le secret de la ville du Prophète(Médina)
« tout ce qui est impur sera écarté sans doute très loin…. »

CHEIKH IBRAHIMA veut dire exactement que le secret de la ville du prophète s’est répandu dans sa médina et que les hypocrites, les sceptiques profanes et les gens de mauvaise foi en sont définitivement exclus et ne peuvent jamais y rester.
Cette ville sacrée au centre du SÉNÉGAL est devenu la capitale du tidjanisme réel et un lieu de rencontre des disciples de toutes les nationalités et de toutes les couleurs comme l’avait si bien prédit Cheikh TIDJANI à propos de sa FAYDHA…

2.1.2:CHEIKH IBRAHIMA OU L’HOMME Engagé Sans frontière.

CHEIKH IBRAHIMA NIASS est le marabout qui marqua profondément son siècle, c’était un homme engagé sur tous les plans, il était très ouvert, correcte, intelligent, conscient des problèmes de son époque, sensible au sort du tiers monde et du continent africain en particulier .C’était un homme traditionnel et moderne, mystique mais présent et capable de tout régler. il aidait tous les pauvres et nécessiteux.
Il apporta une contribution non négligeable à l’émancipation des masses, à la décolonisation du tiers monde et à la propagation de bons comportements moraux, intellectuels et religieux,…etc…
Il convertit à l’islam des milliers d’individus, non pas par le sabre, la violence ou le contrainte, mais par le biais de ses dons intellectuels et par l’esprit de dialogue qu’il avait et par ses miracles interminables.
Il est considéré comme un des rares marabouts qui acceptent d’enseigner leurs disciples, et d’être dérangé à tout moment pour des questions de tout ordre : religieuses, économiques, politiques, psychologique, sociales, etc. ,….
En plus de ses attributs de soufi exemplaire, Cheikh IBRAHIMA soignait toute sorte de maladies et même les maux les plus dangereux et les plus compliqués. En effet il avait le pouvoir de rendre la vue aux aveugles de naissance, le langage et l’ouïe aux sourds-muets, la fécondité aux femmes stériles, la puissance aux hommes atteints d’impuissance. Il avait le pouvoir de faire pleuvoir, d’arrêter un violent vent, de voir de loin, d’écouter de loin, de prédire l’avenir , etc….(1)
Cheikh IBRAHIMA était aussi un infatigable voyageur et avait finit par lier amitié avec un grand nombre de rois, de chef d’état et de gouvernement.
Il allait surtout rendre visite à ses disciples dans des pays éloignés du Sénégal, pour leur renouveler sa reconnaissance.

A chaque occasion de catastrophe, de problème de guerre ou de tension quelconque. il priait pour la paix et exhortait les disciples à la patience et à l’observation stricte des enseignements de la confrérie tidjanienne basée sur le CORAN et la SOUNNA.
Vincent MONTEIL écrit: « IBRAHIMA NIASS voyage beaucoup, tant au Nigeria, qu’en Afrique du Nord ou en Moyen orient, il joue un le rôle d’un ambassadeur itinérant. »(1) 
A chaque fois qu’un problème se posait à l’islam, le CHEIKH prenait sa plume et apportait sa réponse valable et pertinente. il était aussi en contact permanent avec les universitaires arabes particulièrement ceux de l’université Al azhar du Caire…
Il était tellement engagé dans les affaires politiques et diplomatiques du monde qu’il embarrassait finalement les autorités du gouvernement de son pays. Il avait souvent des différents avec le Président SENGHOR, qui l’admirait et le craignait en même temps; « Je sais, disait Senghor, que vous êtes un océan mais vous ne pourrez pas me noyer.. »(2)

Contrairement à beaucoup de marabouts qui exploitent leurs disciples, en exigeant des sommes d’argent et d’autres sortes de biens matériels, Cheikh IBRAHIMA Niass ne demandait rien aux fidèles ; au contraire c’est lui qui réglait les problèmes des disciples, et il ne leurs demandait que de respecter les enseignements coraniques et la sounna (tradition du prophète Mohamed).

Il fut le premier marabout fondateur d’une coopérative: la C.O.M.A.S (coopérative mutuelle agricole Sénégalaise). Il aimait le travail honorable et interdisait la mendicité aux disciples.

Dans son livre: « JAWAAHIR ARRASSAIL »(Perles des messages)où beaucoup de ses lettres sont réunies sous forme d’encyclopédie, il conseille les disciples de travailler et y donne d’autres directives de bonnes conduites morales et physiques….

Il faut savoir aussi que malgré sa bonne réputation religieuse, Le CHEIKH avait aussi beaucoup d’adversaires ; et ses relations avec les chefs religieux de son pays n’étaient pas toujours excellentes.
Ses disciples et lui même étaient couramment objets de critique de la part de leur adversaires qui les accusaient d’être excessifs en matière d’invocation du Nom de Dieu….
Dans certaines localités les disciples ont été agressés physiquement mais le Cheikh leur exhortait à la patience, car dit-il c’est toujours Dieu qui se manifeste pour mettre à l’épreuve la sincérité des amoureux d’ALLAH engagés sur la voie divine.

 

CHAPITRE: II CHEIKH IBRAHIMA NIASS: L’HOMME PREDESTINE

Dimanche, novembre 30th, 2014

5120_96167249066_3440796_n.jpg

CHAPITRE: II CHEIKH IBRAHIMA NIASS: L’HOMME PREDESTINE

2.1:SA VIE ET SON EVOLUTION:

CHEIKH IBRAHIMA est né le jeudi 15 du mois de rajab en 1320 (hégire), soit 1900 Après JESUS, à Taïba naassène village de son père au centre du SÉNÉGAL. El haj ABDOULAH NIASS, son père est un grand Moqadem (maître spirituel) de la TIDJANIA reconnu par tout son milieu comme étant le Propagateur de l’islam dans le Diolof(région jadis très païenne).
Sa mère AISSATA IBRAHIMA est reconnue pour sa piété et sa soumission aux ordres religieuses de son mari.
Après plusieurs mouvements de déménagements liés aux problèmes rencontrés avec les colons présents ; la famille se réfugia en GAMBIE avant de revenir s’installer définitivement à KAWLAKH en 1910.
IBRAHIMA évolua ainsi dans une famille Tidjanienne reconnue par sa mission de propagation de l’islam, et bénéficia ainsi d’une éducation spirituelle et religieuse sans égale.
C’est son père qui se chargera de son enseignement du Coran d’abord qu’il maîtrisa dès l’âge de 15 ans ,ensuite il l’initia aux différentes sciences ésotériques et exotériques dans lesquelles il manifesta un intérêt primordial et termina brillamment ses études à la fleur de l’âge .DIA OMAR écrit dans son Mémoire de fin d’étude: « Intelligent et animé d’une volonté sans faille , il prit vite goût à l’étude des traditions du prophète (hadith),de la théologie(tawhid),du mysticisme(tassawuf),de l’art de l’exposé(bayaan),de la logique (mantiq) , de la littérature arabe, etc. …. 
A l’âge de vingt ans, il avait acquis un certain nombre de connaissances religieuses au point d’éblouir par son savoir les disciples de son père qui se demandaient parfois si on ne lui inculquait pas quelques connaissances à leur insu. »(1)
Cheikh IBRAHIMA NIASS faisait beaucoup de miracles depuis son jeune âge, il avait en effet par plusieurs reprises, selon les traditions populaires étonné sa propre mère, sa famille, ses compagnons de jeu, etc. ….Il est possible d’écrire un livre sur les prodiges de CHEIKH IBRAHIMA.
Il faut savoir que tout Wali dans la voie soufie a des « dons divins » et des pouvoirs occultes incroyables; ces phénomènes appelés Karaamat al awliyaa peuvent se manifester dès la naissance du dit saint et peuvent continuer de se manifester même après la mort du wali.
Les miracles ne sont pas terminés avec le dernier Prophète, comme le soutiennent certains sceptiques proches des idées LEIBNIZIEENES. Les saints de l’islam jouent le rôle du prophète MOHAMED et peuvent comme ce dernier faire des miracles qui ne relèvent ni du fantastique ni de la magie folklorique ; mais uniquement dans le but de la foi.
Il faut toujours s’attendre à n’importe quel moment de l’histoire à l’émergence d’un homme qui porte en lui ce que les prophètes ont toujours porté dans leur for intérieur. Les soufis sont unanimes sur ce fait et l’homme de ce genre est appelé SAAHIB EL WAQT(maître du temps),ou QUTB ZAMAAN(pôle de l’époque), etc.,….
Le CORAN lui même donne des exemples sur ces genres de personnalités extraordinaires;(cf. la sourate XVIII, verset 65), c’est un des versets qui relatent la rencontre de MOISE avec KHADIR (personnage mystérieux qui dans le vingtième siècle a été rencontré par certains mystiques soufis).

l’homme dont il s’agit est un personnage spirituel qui ne peut jamais mourir ;on peut pourtant l’enterrer après son éventuel décès, mais il faut savoir qu’il est permis à un saint de « sortir » de sa tombe et de répondre aux appels ou de voler au secours de leurs fidèles disciples quelques part dans le monde.

CHEIKH IBRAHIMA grandit donc dans son milieu purement religieux islamique d’obédience tidjaniènne. Son père, son unique maître l’initia à des épreuves dures d’apprentissage dans les différents domaines de la vie. Et lui donna une éducation exemplaire.
Son père était un grand TIDJANIEN, très mystique on lui attribue certains prodiges dignes d’éloge, mais il était d’une simplicité légendaire et entretenait de bonnes relations avec tous les chefs religieux et surtout avec les tribus maraboutiques de la MAURITANIE et notamment les idaw alites.
ABDOULAH NIASS donna à l’ensemble de ses fils une éducation religieuse capitale, après sa mort en 1922, son fils aîné MOUHAMADOU NIASS prit la direction de la famille et continua les actions de formation spirituelle des adeptes à la place de son père.
Cheikh IBRAHIMA s’est initié à la voie TIDJANIA par plusieurs moqqadems et cela a une importance capitale pour les mystiques et d’autant plus que ces initiations ont eu lieu en dehors du temps lui-même. Il est impossible pour nous ici d’évoquer ces initiations extraordinaires.
Chez les soufis l’initiation a toujours un caractère généalogique important ; et chaque disciple mystique a son « donneur de wird » qui représente en quelque sorte son père spirituel .C’est une chaîne spirituelle qui remonte de maître en maître jusqu’au fondateur de la voie qui a comme maître le Prophète MOHAMED paix et salut sur lui. 
CHEIKH IBRAHIMA NIASS a quant à lui plusieurs chaînes spirituelles parmi lesquelles on peut énumérer les suivantes:

1-CHEIKH AHMAD TIDJANI(le maître suprême).
CHEIKH MOHAMAD EL HAFEZ
CHEIKH MOHAMED BEDDI
CHEIKH AHMED
CHEIKH ABDALLAHI EL ALLAWI
CHEIKH IBRAHIMA NIASS

2-CHEIKH AHMAD TIDJANI(le maître suprême). 
CHEIKH MOHAMAD EL HAFEZ
CHEIKH MOHAMED
CHEIKH AHMED BEN BEDDI
CHEIKH MOHAMED EL KEBIR
CHEIKH IBRAHIMA NIASS

3-CHEIKH AHMAD TIDJANI(le maître suprême)
MA’ZUZ
GHALI IBN MOUSSA IBN MA’ZUZ
CHEIKH IBRAHIMA NIASS

4-CHEIKH AHMAD TIDJANI (le maître suprême)
CHEIKH MOHAMED EL HAFEZ
CHEIKH AHMED BEN MOHAMED EL HAFEZ
CHEIKH MOHAMED SAID BEN AHMED
CHEIKH IBRAHIMA NIASS

5-CHEIKH AHMAD TIDJANI(le maître suprême)
CHEIKH MOHAMED EL HAFEZ
CHEIKH MOHAMED BEDDI
CHEIKH IBRAHIMA NIASS

 

Parmi les premiers disciples de CHEIKH IBRAHIMA, il convient de noter les plus remarquables et qui joueront par la suite un rôle important dans le mouvement de leur Maître.
On peut citer par exemple:
SERIGNE MBAYE, MAME ABDOU NIANE , OUSMANE N’DIAYE , CHEIKH OMAR TOURE , IBRA FALL , EL HAJ ALIOUNE CISSE (qui sera le bras droit du Cheikh et son premier khalife à sa mort en 1975),BABACAR NIASS ,MOHAMED JEYNABA (frère cadet du Cheikh) ,ELIMANE NIASS ….et les mauritaniens suivants CHEIKH MOUHAMEDDOU OULD NAHWI,CHEIKHANI OULD TOLBA ,MOHAMED EL MICHRI, TIERNO AL HASSAN DEM ,TIERNO ABDOULAYE SAKHO ,…..etc… Nous reviendrons sur les disciples mauritaniens dans les prochaines pages.

Il existe aussi des disciples djinns (des êtres spirituels invisibles) certains témoignages attestent cette réalités; et le Cheikh lui même en faisant l’éloge de la faydha Tidjanienne disait:
« Par ta Faydha ont été sauvés des êtres humains et des djinns,
« Chez les djinns aussi la faydha existe, glorifies ce fait !
Il faut savoir que dans le CORAN, ces êtres sont considérés comme des créatures de DIEU au même titre que les humains. Toute la sourate 55 (le très miséricordieux), et d’autres versets CORANIQUES en témoignent. Parmi les premiers disciples djinns de CHEIKH IBRAHIMA, on peut citer: N’DIOUMA, NAFAAQA, NIIRA, etc…..
On raconte que lors d’une récolte d’arachide des gigantesques champs d’arachides du CHEIKH, tout le monde a entendu les voix des djinns qui répondaient à l’appel de leur Maître IBRAHIMA qui les remerciait au même titre que les disciples humains d’avoir terminé en si peu de temps de travaux aussi pénibles.

Historique Sommaire de la Confrérie de Cheikh IBRAHIMA NIASS.

Dimanche, novembre 30th, 2014

10302244_10202758945069124_5432566597206624487_n.jpg

Quiconque entreprend une étude sérieuse de la confrérie de cheikh IBRAHIMA NIASS ou de la vie de l’homme lui même, s’oblige au préalable d’évoquer la vie de cheikh AHMAD TIDJANI et de l’histoire de la grande voie TIDJANIA dont les niassènes sont issus.

Donc pour faire connaître le mouvement de Cheikh IBRAHIMA NIASS il faut obligatoirement mettre en relief le TIDJANISME et son histoire. Cependant c’est seulement un bref survol que nous ferons de l’histoire du TIDJANISME et la FAYDHA TIDJANIENNE dont Cheikh IBRAHIMA est le chef spirituel. Selon les différentes traditions  TIDJANIENNE, Cheikh AHMAD TIDJANI avait annoncé la venue prochaine de l’imam de la FAYDHA (chef du mouvement du renouveau spirituel de la confrérie).

 

CHAPITRE 1:CHEIKH AHMAD TIDJANI:LE MAITRE DE LA CONFRÉRIE.

1.1 SA  VIE ET SON EVOLUTION.

L’homme qui est à la base de cette confrérie dont un aspect nous intéresse dans cette étude sociologique n’est autre que Cheikh ABOUL ABBASS AHMAD IBN MOHAMAD AT TIDJANI né en 1738 à Ain Maadi(Algérie), il est issu d’une famille de Chourrefa(pluriel de cherif qui signifie descendant du prophète)ce qui signifie dans la communauté musulmane une très grande dignité.

Cheikh AHMAD TIDJANI grandit au fil du temps et a obtenu son diplôme coranique à un âge très jeûne, car il était doué et avide de connaissance; c’est ce que remarque DIA OMAR dans son Mémoire de fin d’étude:    Avide de connaissance, Cheikh  TIDJANI se rendit successivement à Fez, puis à Tlémecen où il s’initia aux sciences religieuses auprès des réputés. Il visita la Tunisie, l’Egypte et effectua un pèlerinage aux lieux saints en 1774. »(P.14).

Durant toute sa vie Cheikh  AHMAD TIDJANI s’est inspiré de la tradition mystique, du soufisme en particulier. Il était reconnu par sa piété et pour son amour de la vérité basée essentiellement sur le saint Coran et les traditions du prophète (sonna).

CHEIKH TIDJANI avait embrassé toutes les voies mystiques de son temps et dans chacune d’elle il avait eu le grade élevé de Moqadem (c’est à dire celui qui a le pouvoir de donner le WIRD ou oraison, celui que les soufis appellent sahib El idhn- c’est à dire qui a une autorisation spirituelle de transmettre le secret) (sirr).

Cheikh TIDJANI n’a jamais rassemblé deux voies mystiques différentes, jusqu’au moment où le prophète MOHAMED(paix et salut sur lui) lui est apparût c’est ce que remarque AMADOU HAMPATE BAH  en écrivant: « ..Le fondateur de la voie (tariq) TIDJANI fut honoré  en 1196 de l’hégire(1782), au cours d’une de ses retraites spirituelles par l’apparition très sainte du prophète MOHAMED. Il reçut de lui la mission occulte de pouvoir commenter les passages mystérieux du CORAN, de la sonna et des enseignements des oulémas et  des chioukhs…) au cour de sa vision, le prophète lui avait dit : à partir de maintenant tu es affranchi de tous les chioukhs , je suis ton initiateur. » (p.230)

Ainsi  le Cheikh venait de recevoir du prophète ce qui bouleversera le monde entier et permettra  à tous les « chercheurs » de Dieu de le rencontrer sans grandes difficultés. Le prophète donna encore des secrets mystiques à son disciple Cheikh TIDJANI dans la ville d’Abou Samghoun.

Certains sceptiques soutiennent que le prophète n’est apparut à Cheikh TIDJANE que par rêve et qu’il est impossible à un individu mort d’apparaître en chair et en os aux vivants. IL faut savoir que dans la logique mystique rien n’est impossible ; le rationnel n’a de sens que dans notre monde matériel et profane. Cheikh TIDJANI a bien vu le prophète, d’autres croyants ordinaires voient le prophète n’importe où et n’importe quand. Le maître de la TIDJANIA dit clairement que c’est à l’état de veille (yaqazatan) qu’il a rencontré l’ami de Dieu(MOHAMED)(cf. . JAWAAHIRAL MAANI)-perles des significations - livre qu’il a publié lui même.

La confrérie naquit donc vers les années 1781-1782 eu beaucoup d’adeptes au niveau local et régional avant de se répandre rapidement dans tous les coins islamisés de la planète.

La confrérie contribua aussi à la conversion des milliers d’individus à l’islam.

Cheikh TIDJANI eu une vie mouvementée et avait rencontré beaucoup de difficultés ;en effet ses adversaires étaient jaloux de sa renommée grandissante , ses paroles désarçonnaient les plus grands oulémas et laissaient les savants dans une perplexité grandiose . Il eut cependant de grands disciples fidèles et très actifs parmi lesquels on peut citer : SIDI EL HAJ ALI HARAZIM,SIDI MOHAMED IBN MICHRI,SIDI CHEIKH TAHAR,SIDI ALI TAMACINI,SIDI MOHAMED GHALI , etc…….

C’est CHEIKH MOHAMED EL HAFEZ qui a introduit la voie TIDJANIA en Afrique occidentale en premier lieu en Mauritanie. Rappelons que Cheikh MOHAMED El HAFEZ est maure issu de la tribu  maraboutique des idaw ali ;  «C’est vers 1780,écrit LERICHE , alors qu’il revenait de la  Mecque et se trouvait de passage à Fez qu’il reçoit du fondateur le Wird TIDJANI et le titre de calife pour les pays maures. »(In L’islam en Mauritanie : bulletin de l’IFAN tome XI janvier avril 1949, (p 468).

C’est ainsi que la confrérie TIDJANE gagna cette partie occidentale de l’Afrique  où apparaîtra  la future FAYDHA TIDJANIENNE annoncée par Cheikh AHMAD TIDJANI et qui  selon lui donnera du sang nouveau à la confrérie qui ne faiblira jamais.

Donc cette Faydha ou « effusion, », flux », réanimation », revivrement »….sera dirigée par un grand homme qui par ses connaissances immenses et ses capacités spirituelles grandioses et éternelles, réunira sous son ordre les hommes et les femmes de toutes les nationalités et de toutes les couleurs et étonnera par ses miracles intarissables  toute son époque. Et chaque jour des milliers d’individus intégreront la voie TIDJANIA par la main de cet homme extraordinaire. C’est du moins ce que Cheikh TIDJANI annonça avant sa mort intervenue en 1875 à FEZ(Maroc).

1.2:QUELQUES EXPRESSIONS DE CHEIKH TIDJANI

.

Avant de venir à la Faydha proprement dite il est indispensable d’avancer ici quelques paroles de Cheikh TIDJANI pour mettre le lecteur directement dans le bain .Ces quelques passages que nous avons nous même traduit de l’arabe ne relatent que superficiellement ce que Cheikh AHMAD TIDJANI  avait l’intention de faire comprendre aux disciples. Dans son livre DIAWAAHIR al Maani , il a exposé sa théorie philosophique mystique et a relaté la vie soufie elle même .Il a également évoqué dans ce livre ses dons spirituels mystérieux que le prophète lui a transmis lors de ses multiples apparitions , de sa mission de guide indispensable pour tout celui ou celle qui a soif de la divinité.  il y annonce aussi l’apparition future de l’imam de la faydha, qui, avons nous dit donnera du souffle nouveau à la voie TIDJANIE et un flux nouveau à tous ses principes. Dans ce livre, Cheikh TIDJANI a galamment exposé les pratiques des rituels de la confrérie; il y analyse le soufisme dans sa réalité, il y vante la  supériorité spirituelle de sa voie sur les autres saints de l’islam.

Il n’est pas de notre propos ici de résumer ce gigantesque livre très célèbre dans le milieu TIDJANIEN et très méconnu du public musulman. C’est un livre que chaque marabout interprète selon sa compréhension.

Cheikh TIDJANI a, selon lui même, plusieurs fois rencontré le prophète MOHAMED paix et salut sur lui en personne et ce dernier a tenu beaucoup de propos qu’il nous est impossible de transmettre ici dans leur intégralité .Nous avons tenté de traduire quelques passages de textes arabe ; nous nous excusons cependant auprès des frères tidjaniens si nos traductions ne seront pas fidèles aux textes originaux.

D’ailleurs toute traduction est imparfaite.  « Traduire, dira l’adage, c’est trahir ».

Une des caractéristiques des soufis est que leur expérience ne peut être vécue par tout le monde, pourquoi ? Alors FAOUZI SKALI apporte sa réponse: « Le soufisme se présente avant tout comme une expérience spirituelle vécue intérieure, dont le domaine se trouve au delà de ce qui peut être appréhendé par la raison ou les sens physiques. Ce n’est que dans une étape ultérieure faisant suite à une réalisation spirituelle que certains soufis se servant d’un langage symbolique et métaphorique transcrivent leur expérience sous une forme verbale ». (p7)

Voici quelques traductions choisies:

CITATION:1  Le maitre de l’existence (Prophète MOHAMED) m’a informé que je suis le pôle occulte (qutb al maktuum), il me l’a dit face à face, à l’état de veille et non à l’état de sommeil ».

CITATION: 2 Si seulement je révélais ce que Dieu m’a fait connaître au public, les hommes de la haute et grande connaissance comploteront contre moi  pour me tuer ».

CITATION:3 « Dieu m’a  donné ce qu’il n’a donné à personne parmi les saints ; c’est une providence, une grâce de Dieu, mais ce n’est pas parce que j’ai droit à tout cela, ce n’est pas parce que je mérite plus que les autres mais  c’est seulement une faveur divine. »

CITATION:4  Si je dévoilais une seule vérité parmi les vérités de la salaatoul fatihi(prière ouvrante)  les grands saints de l’islam me tueront. »

REMARQUE : La prière dont il est question ici est celle récitée par les disciples tidjaniens dans leurs oraisons ; soit pour l’initiation confrérie soit pour les prières quotidiennes après l’épreuve initiatique.

Voici une traduction d’AMADOU. H. BAH  de cette prière:

« Ô Dieu ; répands tes grâces et ta paix sur notre seigneur MOHAMAD, celui qui ouvre ce qui était fermé, qui clôt ce qui a précédé;

Qui fait triompher la vérité par la vérité,

Et qui guide sur le chemin de la rectitude (voie droite),

Et (répands tes grâces) sur sa famille,

Selon la mesure qui lui est due,

(mesure) immense. »(p231)

CITATION 5:Les plus grands pôles (aqtaab) de la umma(communauté musulmane) n’atteindront jamais les degrés et les échelons spirituels élevés de mes compagnons , Car Dieu nous a donné cette faveur malgré eux. »

CITATION 6: Personne parmi les grands saints n’espèrent atteindre les degrés spirituels élevés que Dieu nous a promis ; les plus grands Qutb (pôles) n’auront pas ces choses là exceptés les compagnons du prophète paix et salut sur lui. »

CITATION 7:Si les pôles les plus grands aperçoivent ce que Dieu a promis aux gens de cette voie (TIDJANIA), ils pleureront et diront : ô seigneur vous n’avez rien donné aux autres, ô seigneur vous nous avez négligé et délaissé, etc…. »

CITATION 8: Un grand homme apparaîtra dans la confrérie, il ne sera pas connu je jure au nom de Dieu, ni dans ce monde, ni dans l’autre. »

REMARQUE: Tous les gens de la faydha tidjaniènne sont convaincu que l’homme dont il s’agit n’est autre que Cheikh IBRAHIMA NIASS, qui par ses connaissances et ses dons miraculeux a dépassé le simple cadre de la raison humaine.

CITATION 9:  « J’ai été propulsé subitement dans la présence divine invisible(Ghayb),alors mon commencement devint ma finalité et ma finalité mon commencement , mon tout se transforma en ma partie et ma partie en mon tout ; je devenais lui et lui devenait moi , là où c’était lui et non moi. ; à ce moment unique si on posait mille questions parmi les plus difficiles j’en répondrais par une seule réponse satisfaisante pour toutes ; car je ressemblais justement à une lampe , si toute la ville allumait leurs lampes de la mienne cela ne diminuera rien de ma lumière. Et Dieu merci. »

CITATION 10: « Si les connaisseurs de Dieu (aarifuun) entendent ce que le bon Dieu me dit parmi un secret des secrets Mohammadienne, ils se révolteront contre moi et me tueront. »

CITATION 11: « Le seigneur de l’existence (Mohamad) paix et salut sur lui nous a assuré que celui qui nous insulte et persiste dans sa position d’impolitesse sans se repentir, mourra mécréant et ira en enfer. »

CITATION 12: « Et celui qui par illusion croit que le prophète Mohamad (paix et salut sur lui)a interrompu ses flux spirituels en vers sa communauté par  ce que mort comme les autres, a vraiment ignoré le vrai degrés divin de Mohamad le prophète , et a manqué de respect à son égard ; d’ailleurs un tel type risque de mourir mécréant s’il ne quitte pas rapidement cette mauvaise considération. »

CITATION 13: « L’intention de l’homme est victorieuse sur toutes les créations de l’existence , et si cette intention forte se dirige sur un objet qu’elle désire posséder et qu’elle s’attache fermement  sur cette décision , sans douter de la possibilité de la réalisation de cet objectif , sans retour en arrière, sans découragement et étant convaincu ainsi que rien ne l’arrêtera ou bien la mort , alors l’homme atteindra son but même si ce qu’il veut se trouve au de là du trône de Dieu. »

REMARQUE: Ces quelques bouts de phrases que nous avons sélectionnées ne représentent qu’une petite partie de ce que Cheikh AHMAD TIDJANE a réellement écrit  sur le soufisme et surtout sur la Faydha Tidjaniènne. Il faut savoir qu’il a beaucoup écrit sur  tout ce qui concerne les doctrines ésotériques et exotériques de l’islam. Nous vous renvoyons à son livre JAWAHIR AL MAANI(les perles des significations) .

MÉMOIRE DE MAÎTRISE 1992: introduction suite et fin

Dimanche, novembre 30th, 2014

168769_1606993649131_4298141_n.jpg

La principale activité des soufis est la purification de l’âme, qui est d’origine divine et qui s’est retrouvée dans l’obscurité du corps humain comme prisonnière des passions du moi despotique  que le Coran appelle « nafs al ammaara ».

La connaissance de Dieu est une activité longue, c’est un processus évolutif douloureux et qui demande beaucoup de rigueur et de patience. Il s’agit pour les soufis de fuir le monde et de se diriger vers le seigneur, se confondre avec lui, s’effacer en lui dans une parfaite harmonie.

C’est pour eux un « voyage transcendantal » et mystique du monde profane vers celui du sacré immense et éternel.

Notre étude ne portera pas sur les miracles des saints de l’islam bien que leur importance soit primordiale pour la compréhension du mysticisme. Il sera question d’approcher d’une manière sociologique, psychologique, psychosociologique et philosophique,  les disciples de Cheikh IBRAHIM NIASS à Nouakchott  d’abord, ensuite à l’intérieur des régions du pays. Donc il sera question de leur organisation, Leur statut, leur rôle, leur comportement, leur mouvement dans la vie sociale, religieuse, mystique, économique, politique, etc….

Il faut rappeler que Cheikh IBRAHIMA NIASS a eu une très grande influence en République islamique de MAURITANIE. CES disciples soufis sont couramment  appelés Niassènes en langue Wolof, Tlamiz ou Ashab Cheikh en milieu maure, Alla_allaen par les halpularens. Ils sont ainsi appelés parce qu’ils se sont caractérisés par l’invocation incessante et répétée du nom de Dieu au rythme particulier d’Allah-allah-allah…

Les soufis invocateurs du nom de Dieu dérangent et sont très mal vus par les profanes qui les considèrent comme des religieux excessifs. Car  personne n’ose dire qu’il voit le seigneur sauf les disciples qui continuent de tenir des propos hors commun et incompréhensible.

Pour certains les disciples de Cheikh IBRAHIM NIASS ont blasphémé en osant déclarer ouvertement qu’ils ont rencontré le Bon Dieu. Et pourtant les disciples de Cheikh IBRAHIM NIASS sont comme les soufis de tous les temps. Les propos qu’ils tiennent  sont les mêmes que les grands soufis des temps passés tenaient. Nous savons que certains soufis ont payé de leur vie pour avoir dit l’inconcevable, d’autres ont été chassés de leur milieu par ce que mal compris; mais le mysticisme a toujours rencontré de tels problèmes vis à vis de la conscience collective populaire et profane.

Si la conscience populaire n’arrive pas à comprendre le langage mystique, c’est par ce que certains disciples, contrairement à ce que leur Maître leur conseille, révèlent les secrets des initiés aux non initiés. Ils se comportent ainsi d’une manière blâmable devant le public profane. Il est interdit de tenir un langage mystique devant les non initiés.

« En effet, écrit FAOUZI SKALI, s’agissant des réalités spirituelles, il n’est pas indiffèrent que des profanes puissent comprendre même le  sens extérieur des paroles des initiés (qui se réfèrent à une réalisation spirituelle effective), car ceux-ci ne manqueront  de leur donner un sens qu’elles n’ont pas et de produire ainsi certaines déviations regrettables, surtout pour ces profanes eux mêmes. »(P42)

Le consensus mystico-religieux est très fort chez les disciples niassens de Nouakchott c’est ce que nous avons remarqué; en plus des informations que les chefs religieux et les disciples nous ont fournies.

Ce consensus mystique et socio-religieux est unificateur, mais parfois il est fragile et se casse à la suite des grandes crises sociales, politiques nationales ou internationales…

Tous ceux que nous avons interviewés ont presque donné les réponses aux mêmes questions ; Ce qui peut bien confirmer que le consensus mystique islamique existe et est fort aussi chez les disciples de Cheikh IBRAHIMA NIASS de Nouakchott…

Cette confrérie peut aussi jouer un rôle capital dans le rapprochement entre les différentes couches de la société mauritanienne contemporaine et apporter une contribution non négligeable au règlement de la question nationale qui est loin d’être dépassée.

Historique sommaire de la confrérie de cheikh IBRAHIMA NIASS.

Quiconque entreprend une étude sérieuse de la confrérie de cheikh IBRAHIMA NIASS ou de la vie de l’homme lui même, s’oblige au préalable d’évoquer la vie de cheikh AHMAD TIDJANI et de l’histoire de la grande voie TIDJANIA dont les niassènes sont issus.

Donc pour faire connaître le mouvement de Cheikh IBRAHIMA NIASS il faut obligatoirement mettre en relief le TIDJANISME et son histoire. Cependant c’est seulement un bref survol que nous ferons de l’histoire du TIDJANISME et la FAYDHA TIDJANIENNE dont Cheikh IBRAHIMA est le chef spirituel. Selon les différentes traditions  TIDJANIENNE, Cheikh AHMAD TIDJANI avait annoncé la venue prochaine de l’imam de la FAYDHA (chef du mouvement du renouveau spirituel de la confrérie).



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 88 articles | blog Gratuit | Abus?