CHAPITRE: II CHEIKH IBRAHIMA NIASS: L’HOMME PREDESTINE

5120_96167249066_3440796_n.jpg

CHAPITRE: II CHEIKH IBRAHIMA NIASS: L’HOMME PREDESTINE

2.1:SA VIE ET SON EVOLUTION:

CHEIKH IBRAHIMA est né le jeudi 15 du mois de rajab en 1320 (hégire), soit 1900 Après JESUS, à Taïba naassène village de son père au centre du SÉNÉGAL. El haj ABDOULAH NIASS, son père est un grand Moqadem (maître spirituel) de la TIDJANIA reconnu par tout son milieu comme étant le Propagateur de l’islam dans le Diolof(région jadis très païenne).
Sa mère AISSATA IBRAHIMA est reconnue pour sa piété et sa soumission aux ordres religieuses de son mari.
Après plusieurs mouvements de déménagements liés aux problèmes rencontrés avec les colons présents ; la famille se réfugia en GAMBIE avant de revenir s’installer définitivement à KAWLAKH en 1910.
IBRAHIMA évolua ainsi dans une famille Tidjanienne reconnue par sa mission de propagation de l’islam, et bénéficia ainsi d’une éducation spirituelle et religieuse sans égale.
C’est son père qui se chargera de son enseignement du Coran d’abord qu’il maîtrisa dès l’âge de 15 ans ,ensuite il l’initia aux différentes sciences ésotériques et exotériques dans lesquelles il manifesta un intérêt primordial et termina brillamment ses études à la fleur de l’âge .DIA OMAR écrit dans son Mémoire de fin d’étude: « Intelligent et animé d’une volonté sans faille , il prit vite goût à l’étude des traditions du prophète (hadith),de la théologie(tawhid),du mysticisme(tassawuf),de l’art de l’exposé(bayaan),de la logique (mantiq) , de la littérature arabe, etc. …. 
A l’âge de vingt ans, il avait acquis un certain nombre de connaissances religieuses au point d’éblouir par son savoir les disciples de son père qui se demandaient parfois si on ne lui inculquait pas quelques connaissances à leur insu. »(1)
Cheikh IBRAHIMA NIASS faisait beaucoup de miracles depuis son jeune âge, il avait en effet par plusieurs reprises, selon les traditions populaires étonné sa propre mère, sa famille, ses compagnons de jeu, etc. ….Il est possible d’écrire un livre sur les prodiges de CHEIKH IBRAHIMA.
Il faut savoir que tout Wali dans la voie soufie a des « dons divins » et des pouvoirs occultes incroyables; ces phénomènes appelés Karaamat al awliyaa peuvent se manifester dès la naissance du dit saint et peuvent continuer de se manifester même après la mort du wali.
Les miracles ne sont pas terminés avec le dernier Prophète, comme le soutiennent certains sceptiques proches des idées LEIBNIZIEENES. Les saints de l’islam jouent le rôle du prophète MOHAMED et peuvent comme ce dernier faire des miracles qui ne relèvent ni du fantastique ni de la magie folklorique ; mais uniquement dans le but de la foi.
Il faut toujours s’attendre à n’importe quel moment de l’histoire à l’émergence d’un homme qui porte en lui ce que les prophètes ont toujours porté dans leur for intérieur. Les soufis sont unanimes sur ce fait et l’homme de ce genre est appelé SAAHIB EL WAQT(maître du temps),ou QUTB ZAMAAN(pôle de l’époque), etc.,….
Le CORAN lui même donne des exemples sur ces genres de personnalités extraordinaires;(cf. la sourate XVIII, verset 65), c’est un des versets qui relatent la rencontre de MOISE avec KHADIR (personnage mystérieux qui dans le vingtième siècle a été rencontré par certains mystiques soufis).

l’homme dont il s’agit est un personnage spirituel qui ne peut jamais mourir ;on peut pourtant l’enterrer après son éventuel décès, mais il faut savoir qu’il est permis à un saint de « sortir » de sa tombe et de répondre aux appels ou de voler au secours de leurs fidèles disciples quelques part dans le monde.

CHEIKH IBRAHIMA grandit donc dans son milieu purement religieux islamique d’obédience tidjaniènne. Son père, son unique maître l’initia à des épreuves dures d’apprentissage dans les différents domaines de la vie. Et lui donna une éducation exemplaire.
Son père était un grand TIDJANIEN, très mystique on lui attribue certains prodiges dignes d’éloge, mais il était d’une simplicité légendaire et entretenait de bonnes relations avec tous les chefs religieux et surtout avec les tribus maraboutiques de la MAURITANIE et notamment les idaw alites.
ABDOULAH NIASS donna à l’ensemble de ses fils une éducation religieuse capitale, après sa mort en 1922, son fils aîné MOUHAMADOU NIASS prit la direction de la famille et continua les actions de formation spirituelle des adeptes à la place de son père.
Cheikh IBRAHIMA s’est initié à la voie TIDJANIA par plusieurs moqqadems et cela a une importance capitale pour les mystiques et d’autant plus que ces initiations ont eu lieu en dehors du temps lui-même. Il est impossible pour nous ici d’évoquer ces initiations extraordinaires.
Chez les soufis l’initiation a toujours un caractère généalogique important ; et chaque disciple mystique a son « donneur de wird » qui représente en quelque sorte son père spirituel .C’est une chaîne spirituelle qui remonte de maître en maître jusqu’au fondateur de la voie qui a comme maître le Prophète MOHAMED paix et salut sur lui. 
CHEIKH IBRAHIMA NIASS a quant à lui plusieurs chaînes spirituelles parmi lesquelles on peut énumérer les suivantes:

1-CHEIKH AHMAD TIDJANI(le maître suprême).
CHEIKH MOHAMAD EL HAFEZ
CHEIKH MOHAMED BEDDI
CHEIKH AHMED
CHEIKH ABDALLAHI EL ALLAWI
CHEIKH IBRAHIMA NIASS

2-CHEIKH AHMAD TIDJANI(le maître suprême). 
CHEIKH MOHAMAD EL HAFEZ
CHEIKH MOHAMED
CHEIKH AHMED BEN BEDDI
CHEIKH MOHAMED EL KEBIR
CHEIKH IBRAHIMA NIASS

3-CHEIKH AHMAD TIDJANI(le maître suprême)
MA’ZUZ
GHALI IBN MOUSSA IBN MA’ZUZ
CHEIKH IBRAHIMA NIASS

4-CHEIKH AHMAD TIDJANI (le maître suprême)
CHEIKH MOHAMED EL HAFEZ
CHEIKH AHMED BEN MOHAMED EL HAFEZ
CHEIKH MOHAMED SAID BEN AHMED
CHEIKH IBRAHIMA NIASS

5-CHEIKH AHMAD TIDJANI(le maître suprême)
CHEIKH MOHAMED EL HAFEZ
CHEIKH MOHAMED BEDDI
CHEIKH IBRAHIMA NIASS

 

Parmi les premiers disciples de CHEIKH IBRAHIMA, il convient de noter les plus remarquables et qui joueront par la suite un rôle important dans le mouvement de leur Maître.
On peut citer par exemple:
SERIGNE MBAYE, MAME ABDOU NIANE , OUSMANE N’DIAYE , CHEIKH OMAR TOURE , IBRA FALL , EL HAJ ALIOUNE CISSE (qui sera le bras droit du Cheikh et son premier khalife à sa mort en 1975),BABACAR NIASS ,MOHAMED JEYNABA (frère cadet du Cheikh) ,ELIMANE NIASS ….et les mauritaniens suivants CHEIKH MOUHAMEDDOU OULD NAHWI,CHEIKHANI OULD TOLBA ,MOHAMED EL MICHRI, TIERNO AL HASSAN DEM ,TIERNO ABDOULAYE SAKHO ,…..etc… Nous reviendrons sur les disciples mauritaniens dans les prochaines pages.

Il existe aussi des disciples djinns (des êtres spirituels invisibles) certains témoignages attestent cette réalités; et le Cheikh lui même en faisant l’éloge de la faydha Tidjanienne disait:
« Par ta Faydha ont été sauvés des êtres humains et des djinns,
« Chez les djinns aussi la faydha existe, glorifies ce fait !
Il faut savoir que dans le CORAN, ces êtres sont considérés comme des créatures de DIEU au même titre que les humains. Toute la sourate 55 (le très miséricordieux), et d’autres versets CORANIQUES en témoignent. Parmi les premiers disciples djinns de CHEIKH IBRAHIMA, on peut citer: N’DIOUMA, NAFAAQA, NIIRA, etc…..
On raconte que lors d’une récolte d’arachide des gigantesques champs d’arachides du CHEIKH, tout le monde a entendu les voix des djinns qui répondaient à l’appel de leur Maître IBRAHIMA qui les remerciait au même titre que les disciples humains d’avoir terminé en si peu de temps de travaux aussi pénibles.





Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | articles | blog Gratuit | Abus?