MÉMOIRE DE MAÎTRISE 1992: introduction suite et fin

168769_1606993649131_4298141_n.jpg

La principale activité des soufis est la purification de l’âme, qui est d’origine divine et qui s’est retrouvée dans l’obscurité du corps humain comme prisonnière des passions du moi despotique  que le Coran appelle « nafs al ammaara ».

La connaissance de Dieu est une activité longue, c’est un processus évolutif douloureux et qui demande beaucoup de rigueur et de patience. Il s’agit pour les soufis de fuir le monde et de se diriger vers le seigneur, se confondre avec lui, s’effacer en lui dans une parfaite harmonie.

C’est pour eux un « voyage transcendantal » et mystique du monde profane vers celui du sacré immense et éternel.

Notre étude ne portera pas sur les miracles des saints de l’islam bien que leur importance soit primordiale pour la compréhension du mysticisme. Il sera question d’approcher d’une manière sociologique, psychologique, psychosociologique et philosophique,  les disciples de Cheikh IBRAHIM NIASS à Nouakchott  d’abord, ensuite à l’intérieur des régions du pays. Donc il sera question de leur organisation, Leur statut, leur rôle, leur comportement, leur mouvement dans la vie sociale, religieuse, mystique, économique, politique, etc….

Il faut rappeler que Cheikh IBRAHIMA NIASS a eu une très grande influence en République islamique de MAURITANIE. CES disciples soufis sont couramment  appelés Niassènes en langue Wolof, Tlamiz ou Ashab Cheikh en milieu maure, Alla_allaen par les halpularens. Ils sont ainsi appelés parce qu’ils se sont caractérisés par l’invocation incessante et répétée du nom de Dieu au rythme particulier d’Allah-allah-allah…

Les soufis invocateurs du nom de Dieu dérangent et sont très mal vus par les profanes qui les considèrent comme des religieux excessifs. Car  personne n’ose dire qu’il voit le seigneur sauf les disciples qui continuent de tenir des propos hors commun et incompréhensible.

Pour certains les disciples de Cheikh IBRAHIM NIASS ont blasphémé en osant déclarer ouvertement qu’ils ont rencontré le Bon Dieu. Et pourtant les disciples de Cheikh IBRAHIM NIASS sont comme les soufis de tous les temps. Les propos qu’ils tiennent  sont les mêmes que les grands soufis des temps passés tenaient. Nous savons que certains soufis ont payé de leur vie pour avoir dit l’inconcevable, d’autres ont été chassés de leur milieu par ce que mal compris; mais le mysticisme a toujours rencontré de tels problèmes vis à vis de la conscience collective populaire et profane.

Si la conscience populaire n’arrive pas à comprendre le langage mystique, c’est par ce que certains disciples, contrairement à ce que leur Maître leur conseille, révèlent les secrets des initiés aux non initiés. Ils se comportent ainsi d’une manière blâmable devant le public profane. Il est interdit de tenir un langage mystique devant les non initiés.

« En effet, écrit FAOUZI SKALI, s’agissant des réalités spirituelles, il n’est pas indiffèrent que des profanes puissent comprendre même le  sens extérieur des paroles des initiés (qui se réfèrent à une réalisation spirituelle effective), car ceux-ci ne manqueront  de leur donner un sens qu’elles n’ont pas et de produire ainsi certaines déviations regrettables, surtout pour ces profanes eux mêmes. »(P42)

Le consensus mystico-religieux est très fort chez les disciples niassens de Nouakchott c’est ce que nous avons remarqué; en plus des informations que les chefs religieux et les disciples nous ont fournies.

Ce consensus mystique et socio-religieux est unificateur, mais parfois il est fragile et se casse à la suite des grandes crises sociales, politiques nationales ou internationales…

Tous ceux que nous avons interviewés ont presque donné les réponses aux mêmes questions ; Ce qui peut bien confirmer que le consensus mystique islamique existe et est fort aussi chez les disciples de Cheikh IBRAHIMA NIASS de Nouakchott…

Cette confrérie peut aussi jouer un rôle capital dans le rapprochement entre les différentes couches de la société mauritanienne contemporaine et apporter une contribution non négligeable au règlement de la question nationale qui est loin d’être dépassée.

Historique sommaire de la confrérie de cheikh IBRAHIMA NIASS.

Quiconque entreprend une étude sérieuse de la confrérie de cheikh IBRAHIMA NIASS ou de la vie de l’homme lui même, s’oblige au préalable d’évoquer la vie de cheikh AHMAD TIDJANI et de l’histoire de la grande voie TIDJANIA dont les niassènes sont issus.

Donc pour faire connaître le mouvement de Cheikh IBRAHIMA NIASS il faut obligatoirement mettre en relief le TIDJANISME et son histoire. Cependant c’est seulement un bref survol que nous ferons de l’histoire du TIDJANISME et la FAYDHA TIDJANIENNE dont Cheikh IBRAHIMA est le chef spirituel. Selon les différentes traditions  TIDJANIENNE, Cheikh AHMAD TIDJANI avait annoncé la venue prochaine de l’imam de la FAYDHA (chef du mouvement du renouveau spirituel de la confrérie).



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 88 articles | blog Gratuit | Abus?