Archive for the 'Uncategorized' Category

Description physique et morale du prophète Mouhamed paix et salut sur lui

Vendredi, février 14th, 2014

227697_278013005654890_1923214771_n.jpg

Description physique et morale du Prophète Mouhamed paix et salut sur lui par Cheikh Baye Niass
Harful  ayni :  la lettre ayn
Ce poème est tiré du diwan de Cheikh Al islam El haj Ibrahima Niass appelé ikssirus sa aadaati fi madhi seyyidis saadaati c’est à dire l’élixir du bonheur dans l’éloge du maitre des maitres. Iksiir : C’est une substance imaginaire qui une fois mise sur de l’argent devient de l’or.  Ces poèmes aussi par métaphore à l’iksir transforment ceux qui les lisent de l’état de mécréance à l’état de salut.  De l’obscurité à la lumière etc…Ce poème réunit tous les caractères physiques et comportementaux du prophète paix et salut sur lui. Caractères et caractéristiques qui ont une vertu de protection pour toute personne qui les porte, ou qui les mets dans sa maison, ou qui voyage avec. Une garantie de sécurité contre le mal : comme la noyade, l’incendie, l’injustice des autorités…etc. C’est une garantie pour le bien être :
A barqun
1- A barqun badaa nahwal maraabi i yalma u* fahabnii imra an iz yalmau barqu yadma u
Est-ce un éclair qui s’est manifesté vers les pluies du printemps en scintillant*Considères-moi plutôt comme quelqu’un qui fait couler les larmes quand l’éclair brille.
2-Lamahta biwahnin wayka hijta sabaabatan* wa raqraaqa dam in saa atal hayyi tahja u
Tu eu un bref regard, regard de faiblesse de l’ amour*Et le ruissellement des larmes à l’heure où la cité dort.
3-Tuzakkiru ayyaamas sibaa wahya qad madat* wa lam yabqa illa law atun wata wajju u
Ça rappelle les moments d’enfance qui sont déjà passés*Et il ne reste que souvenirs , angoisse et douleurs.
4-Saqal laahu ardan bil mediinati innahaa* mahattu rihaalin fiihi kharqiya yurqa u
Qu’Allah arrose une terre à Médine escale et lieu de*Repos de voyage, dans lequel ma cassure est raccommodée et réparée.
5-Diyaaru habiibil laahi wahwa amiinuhu* diyaarun bihaa tulfaal maraafiqu ajma u
Les demeures de l’ami d’Allah , le dépositaire de son secret*Les demeures par lesquelles on obtient tous les appuis nécessaires
6-Diyaarun liman haamal fuaadu bi hubbihii* wa tazkaaruhu lilqalbi mar aa waa marta u
Les demeures de celui dont mon cœur est tombé perplexe par son amour*Et se rappeler de lui permet à mon cœur de brouter et se rassasier
7-Diyaarun li a’lal khalqi khulqan wa khilqatan* diyaarun liman fil khalqi yu’tii wa yamna u
Les demeures du plus élévé des créatures par caractère moral et physique*Les demeurs de celui qui dans le monde est celui qui donne et qui prive
8-Wa akramihim nafsan wa sihran wa nisbatan* wa ilman wa aadaaban wa atqaa wa akhcha u
Le plus honorable par sa grandeur d’âme par sa famille et sa généalogie*Par sa science, sa politesse, le plus pieux et le plus craintif de son seigneur.
9-Faqad kaana khayrul khalqi fakhman mufakhaman* wa zuu haybatin wal mashyu fiihi taqallu u
Il fut le meilleur des créatures, glorieux, magnifique, élevé et glorifié.*Doté de beauté sublime  avec une démarche ferme.
10-Wa azharu lawnin ad ajul ayni tazdarii* bi ayni mahaa indal khamiilati tarta u
Il était d’une blancheur éclatante avec de gros yeux noirs qui bravent*Les  yeux des vaches de brousse broutant librement dans les pâturages.
11-Wa anjalu aynin ahdabush shafri waasiun * jabiinu rasuulil laahi wal khulqu awsa u
Doté de gros  yeux avec de longs cils touffus,*le front dégagé, large Il est lui même une créature large.
12-Azajju wa aqnaa wajhu taha mudawwarun* wa lihyatuhu kath thaa wa sadrun muwassa u
Sourcil fin et long, nez aquelin(fin et long) un visage rond*Sa barbe est bien fournie et sa poitrine est large.
13-Wa mankibu huu a’zim bihii wa idhaamu hu* dikhaamun wa rab ul qaddi tahal muraffa u
Il a de grands épaules et des os grands, il était de taille moyenne*Unique en son genre taha le très élevé.
14-Kazaa adudun ablun wa ablun ziraa uhuu* murahhabu raahaatin wal anwaaru talma u
Il avait des bras musclés et épais, accueillant et reposant*Et brillant de lumière, il scintillait.
15-Wasaa ilu  atraafin wa ghayru mushazabin* aziimu karaadiisin minal khalqi arfa u
Des doigts longs, mais pas trop,ni courts* avec de gros os d’une créature élevée.
16-Wa ashnabu saghrin in tabassama yanjalii* kahabbi ghamaamin awalkal barqi yalma u
Des dents très blanches, quand il sourit *on dirait des grains de nuages
Blanchâtres voire comme l’éclair qui brille.
17-Wa haamatuhu udhmaa licha’rin tarjjulun* wa khaafidu tarfin saakitun fahwa yakhcha u
Il a une tête grande avec des cheveux bien arrangés,*baissant le regard Silencieux il craint le seigneur.
18-Wa ahzaanuhuu mawsuulatun bi tafakkurin* wa in qaala qaalal fasla wal haqqa yarji u
Ses soucis sont reliés à la pensée, *et dès qu’il parle Il tranche et la vérité il la ramène toujours au devant.
19-Wa yanzuru lahzan wahwa lil ardi ghaaliban* yasuuqu sihaaban wal malaaiku tatba u
Il regarde par instant, le plus souvent il baisse le regard*Et il guide les amis et les anges le suivent.
20-Wajiidu rasuulil laahi yushbihu dumyatan* izaa farraqal ash aara yabduu wa yalma u
Le cou du messager d’Allah ressemble à celui d’une fée *S’il sépare les cheveux le cou apparaît et brille
21-Wakal lu’lu il maknuuni wal miski arfu hu* fa misla rassulil laahi lam yah dha majma u
On dirait une perle gardée et il a une senteur de parfum misk*le messager d’Allah n ‘a pas de semblable
22-Wa ahlamu khalqil laahi a’dalu khalqihii* minan naasi askhaa bal minan naasi ashja u
Il est le plus clément des créatures d’Allah et le plus juste* parmi les humains le plus généreux et le plus courageux.
23-Wa yakhdumu lil ahliina yakhsifu na’lahuu* wa yaqta u lahman wahwa lis sawbi yarqa u
Il rend service à ses épouses il colle ses chaussures, * il coupe de la viande et couds les habits.
24-Ashaddu hayaa in wahwa yaatii liman da aa* wa yaghdabu lil mawlaa ilal haqqi yarji u
D’une extrême pudeur il vient vers celui qui l’interpelle* il se fache pour le seigneur il revient toujours à la vérité.
25-Walam yatawara’ an haalaalin wa law halla* wa lam tulfihi fii ghaalibil waqti yashba u
Il ne se retient jamais du licite même trop succulent* et rarement tu  le trouves ventre plein et rassasié.
26-Wa yarkabu ahyaanan jawaadan wa marratan* himaaran wa hiinan raajilan yataqala u
il monte souvent des chevaux et parfois l’âne* et par d’autres moments il marche à pied avec sa démarche ferme.
27-Kazaalika fil malbuusi wat tiibu faa ihun* yujaalisu aqwaaman wal aswaatu turfa u
Ainsi que dans les parures et le parfum envahissant* il assiste des assemblées dans lesquelles les voies se lèvent.
28-Wa yamzahu ahyaanan yuwalifu marratan* wa maa haaba mulkan qattu fash sha’nu arfa u
Il blague souvent et marche avec les groupes parfois* mais ne vise pas la royauté, la mission est plus importante.
29-Wa maa haqaral miskiina yad uu jamii ahum* wa bil laahi mawlal khalqi zal khalqi yajma u
Il n’a pas méprisé les pauvres et les appelles tous* et par Allah le seigneur des créatures il rassemble les créatures
30-Wa akramahul mawlaa ajalla karaamatin* wa khas sasahuu man lil khalaa iqi yanfa u
Le seigneur l’a honoré du plus grand honneur* et celui-là qui favorise les créatures l’a particularisé.
31-Aleyhi salaatul laahi maa zarra shaariqun* wa ghannat hamaamaatun alal ghusni tashja u
Que soit sur lui la paix d’Allah tant que le soleil se lève* et tant que chantent les pigeons jonchés sur les branches.
32-Wa maa rudda daymud dahri an saahatil lazii* yuzakhrifu amdaahan wa yashduu wa yasja u
Et tant que l’injustice de l’époque est repoussé de l’espace de celui qui érige des éloges qui chante et qui compose les poèmes sur le prophète.
33-Wa aalin wa as haabin madaa qawli shayyiqin* a barqun badaa nawhal maraabi i yalma u
Ainsi que sur sa famille, et ses compagnons tant que l’amoureux dira* Est-ce un éclair qui s’est manifesté dans les pluies du printemps en scintillant.

Traduit de l’arabe par Mouhamadou Yall

les sagesses de Baye Niass 3: ne jamais se presser sauf..

Samedi, novembre 30th, 2013

Niiass

Les sagesses de Baye Niass

A propos de l’empressement et de la précipitation dans les actes Cheikh Baye Niass radiyallahu annhu  mets en garde les croyants 

Il dit :

Tout empressement provient de Cheytan (Satan) sauf dans 6 cas :

1-      L’empressement pour se repentir

2-      L’empressement pour  faire la prière à son heure

3-      L’empressement  pour inhumer un mort

4-      L’empressement pour épouser une femme vierge

5-      L’empressement pour régler ses dettes

6-      L’empressement pour mettre à l’aise ses hôtes ou invités.

Sources : Jaamiu jawami’dawaawin

Les Sagesses de Baye Nias.72 : le bas monde est une jouissance trompeuse

Samedi, décembre 28th, 2013

rawda.jpg

 

«  Nous t’avons certes donné «les sept versets que l’on répète», ainsi que le Coran sublime. Ne regarde surtout pas avec envie les choses dont Nous avons donné jouissance temporaire à certains couples d’entre eux. »

Et cela est la meilleure chose qui a été offert aux arabes le prophète garda une abstinence par rapport à cela. C’est vrai car ce don est le don éternel, il permet d’approcher d’Allah le très haut. Allah ne l’offre qu’à celui qu’il aime.

La vie présente n’est qu’un objet de jouissance trompeuse. Allah l’a donné à Nimrud, au Pharaon, au vicieux, au mécréant sans regarder. Car le bas monde n’a pas l’équivalence d’un aileron de moustique pour lui. Si le bas monde (dunya) valait l’aileron d’un moustique, le mécréant n’allait pas avoir une gorgée d’eau à boire ici bas. Et comme le dunya ne vaut pas l’aileron d’un moustique il l’a donné à son ennemi et l’a privé de ses amis. Tu trouveras un mécréant vicieux possédant des maisons et des propriétés nombreuses et tu trouveras un savant qui craint Dieu, modeste louant une chambre comme logement. Le bas monde n’a pas de valeur pour Allah le très haut.

Les fils du bas monde donnent de l’importance aux richesses et aux honneurs et c’est leur degré dans le savoir. Et dès que se réunissent chez quelqu’un des richesses et de la chefferie ils disent voilà quelqu’un qu’Allah le très haut a gratifié, voilà quelqu’un qu’Allah a élevée. Et le prophète paix et salut sur lui, a dit : « Allah ne regarde ni vos apparences ni vos richesses mais il regarde vos cœurs et vos actes. » et c’est à ce niveau que la compétition doit se faire. Mais le bas monde est une jouissance trompeuse.

Et si tu réfléchis bien sur le bas monde, tu trouveras que la situation du riche est identique à celle du pauvre ou se rapprochent l’une de l’autre. Une personne, quelque soit l’immensité de ses richesses, ne peut manger plus qu’une bouchée après satiété, ne peut porter plus d’habits qui couvrent sa nudité et elle respire l’air comme tout le monde. Si tu possèdes le bas monde entièrement, tu ne peux y trouver autre que cela.

Et Si une personne est pauvre alors qu’elle mange et boit tous les jours, elle s’habille et respire dans l’atmosphère où est la différence ?s’il y a une différence elle est minime et n’est pas égale à contredire Allah le très haut.

Et Allah dit au serviteur : je t’ai créée pour que tu m’adore, ne joues pas ! J’ai défini ta subsistance, ne te fatigues pas ! Si tu agrées ce que je t’ai donné, je te donnerai la quiétude du cœur et le paradis.

Et si tu n’agrées pas ce que j’ai décidé sur toi je ferai de toi un esclave du bas monde tu vas courir d’Est en Ouest comme les fauves dans toutes les contrées, tu tourneras et tu n’auras rien de plus de ce que j’ai décidé pour toi  

Traduit de l’arabe par Mouhamadou Yall -Dans les jardins de l’exégèse-.

Les Sagesses de Baye Nias.71 : Tout est déjà écrit.

Dimanche, décembre 15th, 2013

baye-prie.jpg

 « Allah efface ou confirme ce qu’Il veut et l’Ecriture primordiale est auprès de Lui. »

Allah le très haut possède le livre dans lequel est prescrit les échéances de la vie. L’écriture primordiale qui ne change pas et c’est ce qui est écrit depuis l’éternité d’avant rien (azal).

La première chose qu’Allah a crée est la plume et il lui dit : « écris ! », la plume dit que dois-je écrire ? Il lui dit : « écris ce qui est et ce qui sera jusqu’au jour du jugement dernier ». La plume écrivit alors ce qui a été et ce qui sera jusqu’au jour du jugement dernier. Et cela resta dans l’écriture primordiale, et ce qui est écris sur ce livre ne changera pas et ne sera pas échangé contre autre chose.  

Allah a des écritures entre les mains des anges qui ont la responsabilité des situations de chaque être. Si l’individu est actuellement mécréant ils écrivent : ‘individu mécréant, malheureux et désobéissant’. Et si Allah guide l’individu, il l’oriente vers la foi et il devient heureux, alors les anges effacent ce qu’ils avaient inscrit auparavant et le notent comme un bienheureux. Et s’il devient un saint, ils l’écrivent comme saint. Cependant ce changement c’est seulement au niveau des tablettes qui sont aux mains des anges, quant à l’écriture primordiale, elle n’est ni échangée ni réformée.

 C’est pour cette raison que tu peux trouver un individu que tu remarqueras maintenant comme mécréant et qui commet des actes des mécréants alors que tu sais bien qu’il est saint parmi les saints à cause de ce qui est sur l’écriture primordiale. 

Ce qui est sur l’écriture primordiale ne change pas et ne se modifie pas : «Chez Moi, la parole ne change pas ».

L’effacement dont il s’agit et la confirmation dans ces tablettes c’est ici au niveau de ce bas monde avec nous. 

 « Allah efface ou confirme ce qu’Il veut » ou « Allah efface ce qu’il veut » des comportements blâmables « il confirme » ce qu’il veut dans les comportements nobles des gens du commun.

« Allah efface ce qu’il veut » parmi les mauvais comportements spirituels « il confirme » ce qu’il veut parmi les comportements divins des particuliers.

 « Allah efface ce qu’il veut » de l’existence et « il confirme » ce qu’il veut du meilleur  des dons, s’il veut il efface l’existence du serviteur et confirme sa bonté le très haut et il ne reste qu’Allah.  

Traduit de l’arabe par Mouhamadou Yall -Dans les jardins de l’exégèse-. 

Les Sagesses de Baye Nias.70 : les cœurs et leurs tranquillités.

Dimanche, novembre 17th, 2013

zikr-a-paris.jpg 

“Certes, c’est par l’évocation d’Allah que les cœurs se tranquillisent.” Ce sont les cœurs des croyants. 

Les cœurs sont de quatre sortes :

Un cœur dur, un cœur oublieux, un cœur désireux, et un cœur monothéiste.

Le cœur dur est celui du mécréant il ne se tranquillise qu’avec le bas monde (dunya) : «…qui sont satisfaits de la vie présente et s’y sentent en sécurité. »

Ceci concerne tout cœur dur, il ne se tranquillise qu’avec le bas monde.

Et le cœur oublieux ne se tranquillise qu’avec le repentir : « mais il oublia; et Nous n’avons pas trouvé chez lui de résolution ferme. », « Son Seigneur l’a ensuite élu, agréé son repentir et l’a guidé. » il se tranquillisa à ce moment. 

Un cœur désireux, ce sont les cœurs des croyants : « certes, c’est par l’évocation que les cœurs se tranquillisent. ».

Le cœur monothéiste unifiant, ce sont les cœurs des particuliers des particuliers, comme le cœur d’Abraham « Et quand Abraham dit: «Seigneur! Montre-moi comment Tu ressuscites les morts», Allah dit: «Ne crois-tu pas encore?» «Si! dit Abraham; mais que mon cœur soit rassuré». Le cœur d’Abraham ne s’est rassuré qu’avec la vision avec une contemplation visuelle.

Les cœurs des mécréants ne se tranquillisent qu’avec le bas monde.

Les cœurs des oublieux ne se rassurent qu’avec le repentir.

Les cœurs des désireux se tranquillisent avec l’évocation du nom d’Allah.

Les cœurs des monothéistes unifiant ce sont les gens de la présence divine (hadra), ils ne se tranquillisent qu’avec la vision d’Allah. 

 Traduit de l’arabe par Mouhamadou Yall -Dans les jardins de l’exégèse-.

 

 

 

 

Les Sagesses de Baye Nias.69 : la jonction des liens sacrés.

Lundi, octobre 21st, 2013

baba-en-maurianie.png

 

Les attributs des gens de foi (croyants) sont en réalité : le dévouement, la jonction, il s’agit de la jonction de ce qu’Allah a commandé d’unir. Il y en a plusieurs façons 

La première c’est la foi en Allah le très haut, la foi en tous ses prophètes et messagers, la foi en ses livres saints et l’amour des personnes vertueuses ainsi que leur fréquentation et le fait de leur rendre visites. Et ensuite l’amour des frères en Allah le très haut et de cet amour viendra la jonction du lien de parenté.

Pour Le lien de parenté, Allah a juré qu’il joindra celui qui le joigne et qu’il sectionnera celui qui rompt ce lien. La jonction du lien de parenté à plusieurs facettes parmi lesquelles le don, si celui qui fait la jonction est riche et que celui qui est joint est pauvre. La jonction par les cadeaux, les dons et les visites et les correspondances-échange de lettres- tout cela rentre dans le cadre du lien de parenté.  

Il ya aussi la visite des malades. Si tu visite un frère en Allah et que tu sens que le long temps que tu passe avec lui te familiarise avec lui et le rend heureux, rester avec  lui est recommandé.  

Et s’il le trouve occupé par Allah ou par ses travaux ou ses besoins qu’il écourte sa visite. C’est pareil pour le malade visité, s’il le visite et le découvre qu’il aime sa compagnie et qu’il trouve du mieux en sa présence il est recommandé de faire durer la visite. Mais s’il voit que le visité se sente mal en sa présence qu’il parte.

Et parmi les jonctions des liens, il ya le fait de se joindre à Allah le très haut et entretenir de bonnes relations avec toutes les créatures voire même un chien ou une poule.

Tout celui qui fait du bien à n’importe quelle créature et qui traite mal une poule, ne sera pas compté réellement parmi les personnes aux bonnes conduites.

Il a été rapporté du prophète paix et salut sur lui qu’une femme est rentrée en enfer à cause d’une chatte. Elle l’avait attachée sans la nourrir et sans la laisser aller manger les bestioles de la terre…  

Traduit de l’arabe par Mouhamadou Yall -Dans les jardins de l’exégèse-. 

 

 

 

 

Les Sagesses de Baye.68 : Se remémorer de son origine(Allah)

Dimanche, octobre 13th, 2013

baye-duwaw.jpg

 « Seuls les gens doués d’intelligence réfléchissent bien »-  c’est à dire les gens doués de raison.

Ne réfléchissent que les gens doués de raison.

La voie vers Allah le très haut nécessite forcément l’invocation du nom d’Allah (zikr), la méditation et la remémoration.

La remémoration est au dessus de la méditation. La méditation est une prière et la remémoration c’est une existence. L’origine de l’Esprit de l’être humain provient de la présence d’Allah le très haut, cet esprit est noyé dans l’unicité d’Allah et ne connait rien en dehors d’Allah le très haut.   Lorsqu’ils(les humains) ont entendu le discours divin le jour du « ne suis-je pas votre seigneur ? » ils ont tous répondu par: « si ». Et lorsqu’ils ont porté ces habits et ces enveloppes ils ont oublié l’ancien engagement. « En effet, Nous avons auparavant fait une recommandation à Adam; mais il oublia ». Ils ont oublié cet engagement à cause de la multitude des enveloppes et des habits humains.  

Et si le serviteur veut retourner vers son origine il doit nécessairement persister dans l’invocation du nom d’Allah par la méditation et s’il persiste dans la méditation il se retrouve dans la présence d’Allah le très haut grâce à la disparition du voile.  

Et quand le voile se retire il contemple tout ce qu’il ya comme secret de l’unicité et connaissance qu’il avait oublié auparavant et maintenant il se rappelle. Et c’est ça le degré de la remémoration. Ce qui lui advient en ce moment précis n’est pas accidentel ou étranger mais il avait seulement oublié et maintenant il s’est remémoré.  

C’est pour cette raison que le saint coran dit : «  seuls les gens doués de raison réfléchissent » les gens doués de raison parfaite ont la station de la réminiscence. Et tant que le serviteur n’a pas atteint cette station, il est au niveau du degré du zikr invocation, et de la méditation.

Et le zikr (invocation) se fait par la langue et le cœur, tandis que la méditation est une aspiration à la réalité alors que la réminiscence c’est le fait de trouver la réalité elle-même…  

 Traduit de l’arabe par Mouhamadou Yall -Dans les jardins de l’exégèse-.

 

Les Sagesses de Baye.67 : le mauvais œil.

Dimanche, septembre 22nd, 2013

niassi.jpg

En réalité le serviteur doit se fier à Allah qui est le faiseur, l’élu.

Cependant le prophète paix et salut sur lui  a dit : le mauvais œil est une réalité, et il arrive que le mauvais œil fasse rentrer l’homme dans une tombe et le chameau dans la braisière. 

Tout celui qui regarde quelqu’un ou quelque chose par un œil d’admiration qu’il demande de la baraka pour la chose ou par la personne en disant : « ô seigneur mets y ta baraka ». Et si tu parles de quelqu’un par des expressions d’admiration, dis : « ô seigneur donnes lui de la baraka ». Ainsi dit, ton œil ne lèsera pas la personne ou la chose regardée.

L’œil qui nuit est celui qui regarde par étonnement sans demander de la baraka pour celui que tu regarde ; Ou de parler de quelqu’un d’expression d’admiration sans prier de la baraka pour lui.  

Mais quant à dire que certaines âmes  sont des âmes du mal qui peuvent nuire, cela n’a aucun fondement.

Le mauvais œil peut découler de toute personne. Ça peut découler de toute langue et de tout regard. Par contre ceux qui ont peur et qui croient en cela en pensant que le mal leur vient de cela la plupart du temps le mal  vient de leur peur elle-même. (…)

Dire qu’une personne suce du sang d’une autre personne est sans fondement et n’a pas de sens. Ne croient en cela que des femmes et des enfants à cause de la faiblesse de leur foi. Ils pensent que cela nuit, ils ont peur et ils voient cela.

Il est possible qu’un djinn se dissimule dans une personne et fasse du mal à un individu et ce dernier dira que tel type m’a fait du mal alors que c’est le démon qui est responsable.    

Traduit de l’arabe par Mouhamadou Yall -Dans les jardins de l’exégèse-.

 

 

Les Sagesses de Baye.66 : les différents degrés de l’âme (nafs).

Jeudi, septembre 12th, 2013

mouhamadou-et-sa-mere.jpg

L’âme (nafs) est à la base très incitatrice au mal sauf si Allah la couvre de sa providence(…). Si la miséricorde émane de la présence divine et se déverse sur l’âme (nafs), elle quitte le statut d’âme incitatrice au mal (nafs ‘ammara) vers le statut d’âme autocritiquant (nafs lawwama), c’est une âme qui se blâme elle-même dès qu’elle perpètre un mal.

Et si un autre flux miséricordieux venant d’Allah le très haut se déverse sur l’âme (nafs), elle devient inspirée ( nafs moulhima) «  fa alhamaha fujuuraha wa taqwaahaa »- et par l’âme et celui qui l’a harmonieusement façonnée et lui a alors inspirée son immoralité de même que sa piété- elle ne se préoccupe à se stade que du bien, mais elle n’est pas bien stable encore.

Et si les flux de la miséricorde divine  se prolongent l’âme devient apaisée (mouthma’inna) dans la présence divine et ne se penchera plus vers autre et autrui en dehors d’Allah. Et à ce stade, elle mérite l’appel de la hadra  d’Allah (présence divine) : « ô toi âme ! Apaisée retourne vers ton seigneur, satisfaite et agréée ». Si elle retourne vers la présence divine elle devient satisfaite de toutes les circonstances et décisions divines (destin). Si elle devient satisfaite elle devient aussi  agréée au près  d’Allah le très haut.

Allah est le souverain, le réel. L’être humain est le serviteur et il ne cesse de s’opposer et de contredire son seigneur dans ses actes, tant qu’il n’agrée pas Allah, ce dernier ne l’agréera jamais. Et si l’être humain agrée tout ce que les lois divines lui dictent, son âme devient une âme satisfaite et devient agrée au près d’Allah le très haut et devient parfaite.

Donc il s’agit de sept degrés : l’âme incitatrice au mal, l’âme blâmée, l’âme inspirée, l’âme apaisée, l’âme satisfaite, l’âme agréée, l’âme parfaite.

Le cheminement spirituel des individus qui ne sont pas prophètes commence à partir de l’âme incitatrice au mal et se poursuit jusqu’à la perfection. Et le cheminement spirituel des prophètes commence à partir de l’âme apaisée et continue jusqu’à la perfection(…)

L’âme est incitatrice au mal et elle est le pire ennemi de l’homme. Cependant  l’être humain possède le cœur, la raison et l’esprit. Et par ordre c’est : l’esprit qui est le roi, la raison est l’auxiliaire et le cœur est le mufti. Si ces trois entités dominent l’âme incitatrice au mal, il n’adviendra que du bien.

Et si l’âme incitatrice intervient, possède et domine l’une des trois entités elle vaincra l’autre et puis les dominera dans leur globalité.  

  Traduit de l’arabe par Mouhamadou Yall -Dans les jardins de l’exégèse-.

 

 

 

 

Les Sagesses de Baye.65 : le défi coranique

Lundi, juillet 15th, 2013

cheikh-lit.jpg

 

Dis: «Apportez donc dix Sourates semblables à ceci, forgées (par vous) ». Sourate houd verset 13

Voilà un défi. Le prophète apporte une chose que les créatures sont incapables de faire et leur demande d’apporter quelques chose de semblable et ils n’apporteront jamais de semblable à cela.

En premier, il les a défié d’apporter un coran en entier : « Dis: Même si les hommes et les djinns s’unissaient pour produire quelque chose de semblable à ce Coran, ils ne sauraient produire rien de semblable, même s’ils se soutenaient les uns les autres». Le voyage nocturne verset 88. 

Ils ont avoué de leur incapacité de produire un coran semblable. Le coran leur lança un second défi : « Dis: «Apportez donc dix Sourates semblables à ceci, forgées (par vous) ». Apportez donc dix sourates semblables au coran, ils n’ont pas pu.

Il leur défia d’apporter une seule sourate semblable : «Dis: «Composez donc une sourate semblable à ceci.. ». L’incapacité de produire un coran c’est  du coté de l’éloquence. Le coran a un niveau élevé d’éloquence qu’aucune parole n’a atteint. C’est identique au niveau de la rhétorique et de la versification poétique, c’est pareil au niveau des informations sur des choses cachées. Tout cela est inimitable.

Mais il les défia par l’inimitabilité dans la mesure où ils n’ont pas apporté dix sourates semblables au coran dans son éloquence. Et même si le contenu des sourates conçues est mensonger, ils sont incapables d’atteindre le niveau de l’éloquence du coran dans leur imitation.

Lorsqu’ils se sont retrouvés dans l’incapacité d’imiter le coran, cela fut une preuve sur eux que le coran vient d’Allah.

S’il venait du prophète qui est un arabe comme eux, ils pouvaient apporter quelque chose de semblable à ce que le prophète paix et salut sur lui a apporté. Mais ils ont été dans l’incapacité complète de le faire.

Tous les arabes ont avoué de leur incapacité de prononcer quelque chose qui ressemble au coran dans l’éloquence et la clarté du verbe.  

Certains ont embrassé l’islam en raison de cette éloquence seulement(…).

Dans les jardins de l’exégèse.



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 88 articles | blog Gratuit | Abus?